BD

The Searchers (Colin Clayton, Chris Dows, Art Wetherell, 1996)


The Searchers (Colin Clayton, Chris Dows, Art Wetherell, 1996)
titre original :The Searchers
type :BD, 6 volumes, N&B
année :1996
pays :États-Unis
scénario / adaptation :Colin Clayton, Chris Dows
dessins :Art Wetherell
éditeur :Caliber Comics (Livonia, Michigan)
collection :NW - New Worlds
ISBN :1-30000-193-7 / 1-30000-193-8 / 1-30000-193-9 / 1-30000-194-0
site web :http://fuziondigital.com/home.htm


A propos de cette œuvre

Publiée par Caliber Comics (1989-2000), éditeur étasunien indépendant, cette aventure propose de suivre une histoire reposant sur un scénario ayant quelques similitudes avec la Ligue des gentleman extraordinaires, oeuvre créée deux ans plus tard par Alan Moore. On notera également que l'influence d'un Philip José Farmer n'est pas à exclure, notamment envers un ouvrage tel L'autre voyage de Phileas Fogg. Aussi la mise en place en ce comic de mondes créés par quelques grands romanciers se confondant et s'assimilant même avec la réalité a également inspiré pour certaines de ses oeuvres Jean-Marc Lofficier dont on aperçoit un dénommé prince Dakkar dans son Robur, ou encore parmi quelques autres Richard D. Nolane. Ainsi l'on fait la connaissance d'une équipe de chercheurs composée de membres dont la particularité, pour chacun d'entre eux, est d'être un descendant ou une descendante d'une grande figure de la littérature fantastique du 19ème siècle. Parmi eux : Kane Talgarth, expert en compagnie d'assurance à Los Angeles et archéologue à ses heures, arrière-petit-fils du capitaine Nemo, avec son Nautilus tout droit sorti de Vingt mille lieues sous les mers via l'influence du Nautilus de Bill Andrews issu du film L'île mystérieuse de Cyril Raker Endfield, mais également de celui de Harper Goff pour Disney ; Geneva Walcott Fogg, londonienne, arrière-petite-fille de Phileas Fogg, le gentleman anglais ayant fait le Tour du monde en 80 jours ; ainsi que le professeur Edwin Von Hardwig d'Hambourg, en Allemagne, descendant d'un autre éminent professeur en la personne d'Otto Lidenbrock (Von Hardwigg est le nom du professeur Lidenbrock dans la traduction anglaise du roman), célèbre pour son Voyage au centre de la Terre, cela pour les personnages positifs issus de l'oeuvre vernienne. Pour compléter ce groupe, citons également la présence de John Hammett œuvrant dans une unité psychiatrique en Irlande, dont le grand-père était le chimiste Griffin, autrement dit l'homme invisible de H. G. Wells, ainsi que le professeur George Challenger au tempérament proche de son ancêtre ayant visité le Monde perdu d'Arthur Conan Doyle, mais aussi Moriarty, la petite fille du célèbre ennemi de Sherlock Holmes du même Doyle, et dont les charmes n'ont d'égal que sa mégalomanie, celle-ci étant le point commun qui la relie à Tom Eden, pilote de l'armée de l'air, à Groom Lake dans le Nevada, près de la Zone 51, et descendant de Robur le conquérant, autre oeuvre de Jules Verne, ainsi qu'Ellen Moreau, descendante du docteur Moreau de Wells, et enfin The Time Traveler, le Voyageur du Temps, de Wells également.

Outre les personnages de fiction, les romanciers qui leur ont donné vie font une apparition dans le prologue. En effet, dans celui-ci, nous est présenté le célèbre Charles Fort (1874-1932) ayant invité au British Museum, en l'hiver 1896, les non moins célèbres Jules Verne (1828-1905), Arthur Conan Doyle (1859-1930) et H. G. Wells (1866-1946), pour ceux cités précédemment, mais aussi Henry Rider Haggard (1856-1925), auteur des Mines du roi Salomon ou d'Allan Quatermain, et Edgar Rice Burroughs (1875-1950), auteur entre autres de Tarzan, mais qui en 1896 n'est toutefois pas encore écrivain. Concernant les deux derniers nommés, quelques références envers leurs oeuvres apparaitront également au fil de l'histoire.
L'auteur du Livre des damnées (ouvrage qui sera publié en 1919) présidant à cet réunion désirait montré à ces illustres écrivains de l'imaginaire, un étrange volume dont il souligna la particularité d'avoir été écrit par le peuple Khazar, non pas avec une encre, mais des rêves mêmes des Khazars dont l'empire avait depuis longtemps disparu (référence à l'empire Khazar qui se développa entre la mer Noire et la mer Caspienne du VIe au XIe siècle après J.-C.). La petite assemblée sera alors surprise quand, par maladresse, Charles Fort ouvre le livre qui laisse apparaître ou absorber à son entourage, et à la vue des écrivains, des images quasi vivantes de détails sur les créations des hommes présents dans la pièce, dont l'apparition d'un fameux sous-marin ou de tripodes... Charles Fort parvient tout de même à refermer l'ouvrage quand trois hommes, tout de noirs vêtus, font irruption dans la pièce. Ils s'emparent de suite du livre, l'enferme dans un coffre et disparaissent tout aussi rapidement qu'ils étaient apparus. Jules Verne, le patriarche du groupe, s'interroge alors sur ce phénomène dont ils ont été témoins et, pensant à voix haute, se demande s'ils n'ont pas aperçu une partie de l'avenir...

Puis l'aventure débute véritablement dans l'Angleterre de la fin du 20ème siècle. George Challenger, tel Charles Fort un siècle plus tôt, invitera Kane Talgarth, Geneva Walcott Fogg, Edwin Von Hardwig, et John Hammett à le rejoindre au British Museum pour leur apprendre à tous qu'ils sont les descendants de personnages populaires issus de la littérature. Ce qui n'étaient alors à leurs yeux que des êtres de fictions issus de l'imagination de Verne et de Wells deviennent ainsi de réelles personnalités auxquelles ils sont liés (Moriarty interviendra également pendant cette réunion pour se joindre au groupe). Non seulement cet aspect de leur vie leur est révélé, mais Challenger leur apprend également l'existence du Livre des Khazars et d'une organisation secrète – le MIP (le Ministère des phénomènes incroyables) – au sein du gouvernement qui déteindrait le mystérieux ouvrage. Il poursuit en précisant qu'il y a 100 ans, en ce même lieu, une partie de l'imagination de leurs ancêtres a pénétré entre les pages du livre, et que celle-ci s'est échappée après que le MIP ait à nouveau ouvert l'ouvrage pour l'étudier, et surtout en utiliser l'énergie qu'il contient. Justement, au même instant, au large de l'Islande, dans une plateforme pétrolifère où est conservé le Livre des Khazars, l'expérience consistant d'ouvrir à nouveau celui-ci à lieu, et ce sur un temps d'une seconde. Mais la puissance qui en émane alors est ressentie par George Challenger et ses invités de telle manière qu'ils ne peuvent la supporter et vont au final s'évanouir.

Pendant ce temps-là, aux Etats-Unis, Tom Eden ressent lui aussi le même effet. Mais après avoir repris connaissance, il est extrêmement nerveux, repousse brutalement son épouse inquiète de son évanouissement, quitte la maison et prend place dans un chasseur à réaction sans autorisation de la tour de contrôle qu'il va détruire peu après avec un missile, tout comme sa maison alors que sa femme est encore présente à l'intérieur, puis prend la direction de l'Islande... Après s'être également remis de son malaise, et envers son auditoire qui en a fait autant, Challenger poursuit son récit, précisant que la dernière fois que cette expérience eut lieu, c'était en 1977, donnant la mort au père de chacun d'entre eux. Il leur apprend également qu'il sait où se trouve le livre, mais qu'avant de s'en approcher, ils devront prendre la direction de l'Arctique. C''est par ailleurs en arrivant en un certain secteur entre terres et océan glacial que les Chercheurs découvrent qui est réellement Challenger, cela grace à Moriarty qui provient tout comme lui de l'esprit du même créateur. Hélas, le professeur ne semble pas retrouver l'endroit exact qu'il recherche, et alors qu'il pique la glace en divers points comme s'il cherchait quelque chose de précis, un hélicoptère du MIP les découvre. Les ordres que le pilote reçoit son précis : le professeur Challenger et Moriarty doivent être pris vivants, et les autres, peu importe. Quatre hommes équipés d'armes automatiques descendent alors de l'appareil et font feu vers le groupe, et le combat s'engage ainsi entre rochers et glace. Après de nombreux échanges, et l'hélicoptère poursuivant nos héros courant sur la glace, celle-ci commence à trembler de plus en plus intensément pour finir par se briser et faire apparaître à demi quelque engin qui envoie sur l'aéronef une onde d'énergie le détruisant. Challenger s'écrit à cet instant qu'il a enfin retrouvé le Nautilus ! Hélas, John Hammett ne semble pas avoir survécu....

Découvrant le fameux sous-marin inoccupé, Challenger suppose que le bâtiment est lié à Kane Talgarth, son esprit pouvant le contrôler. C'est de fait inconsciemment que ce dernier l'a réveillé de son sommeil gelé. Challenger leur apprend encore pourquoi il avait connaissance du Nautilus en ce lieu. En 1940, après avoir eu vent de l'existence du Livre des Khazars, il était parti à la recherche de probables personnages issus de la fiction et vivant dans la réalité. C'est ainsi qu'il découvrit dans une grotte secrète le capitaine Nemo. Mais ce dernier était mort. Les nazis avaient pris en possession ses installations et le professeur fut contraint de les suivre...

Arrivant à bord du Nautilus près de la plateforme pétrolifère, les Searchers sont fait prisonniers après avoir inhalé un gaz ayant été introduit dans le sous-marin. A son réveil, Challenger est totalement surpris de voir en face de lui le capitaine Nemo bien vivant. Celui-ci lui explique qu'il veut contrôler le pouvoir du Livre des Khazars, et que pour cela, en association avec le MIP, il ne lui suffit plus que de posséder la machine à explorer le temps (c'est donc ici un capitaine Nemo des plus négatifs qui nous est présenté). Désireux d'en finir, il donne l'ordre à l'un de ses hommes de laisser tomber les prisonniers dans l'eau froide, Challenger et Kane étant retenus par la même chaîne. Mais l'agent du MIP semble éprouver quelques difficultés à manœuvrer le système. En effet, une force invisible s'interpose alors en la personne de John Hammett que tous croyaient mort. Le groupe de Chercheurs se libère ainsi et tente de rattraper le capitaine Nemo qui essaie de s'enfuir en hélicoptère. S'ensuit une empoignade entre Challenger et le capitaine Nemo, ce dernier prenant l'avantage. Sur le point d'abattre le professeur, le capitaine est alors traversé au coeur de son corps par l'éperon du Nautilus sous l'impulsion de Kane Talgarth. Après cet épisode quelque peu mouvementé, les Chercheurs constatent que le livre semble avoir disparu, de même que Moriarty...

Entre temps, et parallèlement à ce récit, on a pu apercevoir le Voyageur du Temps (The time Traveler) traverser le flux temporel pour les Pays-Bas de 1942, et plus précisément sur le lieu de la bataille d'Arnhem qui s'y déroule et d'où il extrait, de son cours du temps, un soldat de l'armée britannique cerné par des soldats allemands prêts à l'abattre alors qu'il disparaît déjà. Le Voyageur du Temps lui fait visité son Palais de Porcelaine Verte (référence au roman La machine à explorer le temps) occupé par d'innombrables horloges de toutes sortes, voire de toutes époques... il lui apprend que la guerre dans laquelle il était engagé est déjà terminée, et lui demande de participer à un autre combat, lui présentant son armée composée de guerriers extraient de leur temps, tout comme lui, tels des légionnaires romains, des vikings, des archers mongols, des conquistadors espagnols, ou encore des samouraïs...

On retrouve Moriarty à Londres où elle rencontre un homme du MIP et lui remet le Livre des Khazars, livre qui restera inutile sans avoir la maîtrise du temps. Tom Eden est également présent et leur annonce qu'il a découvert où se cache le Voyageur du Temps. Celui-ci a en effet installé son Palais dans une jungle africaine. C'est également en ce continent, en une jungle, qu'un certain Ryan – dont on a pu suivre également en parrallèle le voyage –, retrouve la trace d'une descendante du docteur Moreau ayant elle-même subit des expériences de ce dernier. En rencontrant alors le Voyageur du Temps, Ryan disparaît. Il était en fait comme une jeune incarnation de celui-ci ayant pour mission de retrouver la trace du docteur Moreau. Le maître du Palais de Porcelaine Verte explique alors à Ellen Moreau le pourquoi de sa présence, les expériences menées par son père pouvant lui permettre notamment de faire face aux Morlocks rencontrés dans le futur.

Le Nautilus et son équipage arrive également près des côtes où ils pourront rejoindre le Palais. Toutefois le MIP et Moriarty ont une certaine avance, mais s'approchant des abords du bâtiment, ils rencontrent une forte opposition avec les guerriers de tous les temps. Moriarty parvient tout de même à rejoindre le Voyageur du Temps, tuant le soldat de l'armée britannique qui tentait de le défendre. Dans la bataille, Ellen Moreau sous sa force animale a mis à mal quelques membres du MIP, mais Moriarty parvient tout de même a appuyer le canon de son arme sur l'une des tempes du Voyageur du Temps. Moreau cesse alors le combat et est enfermée dans une pièce. Puis Tom Eden rejoint de suite Moriarty pour que le Voyageur du Temps les mène jusqu'à sa fameuse machine. Moriarty se débarrasse également du responsable du MIP en l'enfermant dans la pièce où se trouve Ellen Moreau, car l'organisation n'était pour elle et son associé Tom Eden qu'un outil pour parvenir à leur fin. Mais une fois encore John Hammett apparaît, si l'on peut dire, empêchant les deux antagonistes de s'approcher de la machine. Mais malgré son invisibilité, la sauvage Moriarty parvenu à prendre l'épée d'un guerrier mort réussit à lui porter un coup, et il s'écroule en se matérialisant. Toutefois, cela laisse à Kane l'occasion de maîtriser Moriarty qui lui avoue que c'est avec lui qu'elle veut tout partager. Kane ayant eu quelques sentiments à son égard relâche son attention (il éprouve encore quelques remords de lui avoir prêté confiance et même en peu plus lors de relations quelque peu rapprochées...). Moriarty, un couteau à la main, n'a toutefois pas le temps de se servir de l'arme contre le descendant du capitaine Nemo, celui-ci lui assenant à temps, grace à Geneva, un coup de poing à la mâchoire. De son côté, Tom Eden se battait contre Edwin Von Hardwig. Ce dernier pensant avoir assommé son adversaire s'en détourne, mais celui-ci faignant l'inconscience est prêt à lui porter un coup mortel. Il n'en aura heureusement pas le temps, le professeur Challenger le transperçant d'une épée.

Les combats terminés, Ellen Moreau entre dans la pièce et surprend les Chercheurs par son apparence encore marquée par l'animalité qui est en elle. Profitant de cet élément de surprise, Moriarty parvient à s'installer au commande de la machine à explorer le temps. Kane essaie d'ouvrir la porte de l'engin, sans y parvenir. Moriarty lui envoie à travers la vitre un baiser, tout en tenant le paquet contenant le Livre des Khazars. Kane est obligé de s'éloigner de la machine qui, commençant à entrer en phase de propulsion dans le temps, disparait. Mais Moriarty n'a pas emporté l'ouvrage qu'elle croit avoir pris, le paquet étant occupé par un exemplaire de H. G. Wells, le contenu premier en ayant été subrepticement ôté. Les chercheurs et le voyageur du temps, bien heureux de la tournure des évènements, s'amusent de cette situation. Mais ils se demandent tout de même avec sérieux où il serait désormais prudent de conserver le livre. Edwin pense alors au centre de la Terre...

Une dernière scène présente l'épilogue de cette aventure. Nous sommes dans l'Angleterre victorienne, à Londres. Deux hommes dont les identités ne font aucun doute – il s'agit de Sherlock Holmes et du Dr Watson – se présentent à un majordome à la porte d'un vestiaire, dans un théâtre. La femme qui a demandé à les rencontrer apparaît alors. Le majordome l'annonce comme étant Mme Irene Adler (personnage important dans l'aventure holmesienne), mais l'on reconnaît de suite Moriarty...

La série The Searchers se compose ainsi, pour la partie ici résumée, de 4 volumes de 36 pages publiés en noir et blanc. Elle fut suivie d'une nouvelle aventure sous-titrée Apostle Of Mercy (L'apôtre de la miséricorde) éditée en deux volumes de 64 et 48 pages. Dans le cadre de la maison d'édition qui publia ce comic, c'est un récit riche en références envers la littérature des grands classiques du fantastique qui y était proposé, et si il développe des idées scénaristiquement intéressantes et agréable à suivre pour un jeune lectorat, son histoire était toutefois narrée sans grands éclats. Mais malgré la forte présence de quatre personnages issus de l'imagination de Jules Verne, de même que d'une représentation de celui-ci et du fameux Nautilus, l'essence des Voyages extraordinaires est quelque peu absente, voire quasiment – celle de Wells se fait toutefois un peu plus remarquée de par l'intrique construite autour du Voyageur du Temps –, le but premier de cette création purement du domaine du divertissement étant avant tout d'utiliser nombre de sources littéraires pour les faire coexister entre elles de manière cohérente, et cela dans une histoire aux multiples rebondissements usant des codes contemporains des comics.

Concernant les créateurs de cette bande dessinée : le dessinateur britannique Art Wetherell (1961-2003) avait oeuvré au début de sa carrière pour Marvel UK et Harrier Comic sur des titres tels GI Joe, The Real Ghostbusters, Thundercats (Cosmocats), Doctor Who, et The Incredible Hulk Presents. Parmi des titres encore très populaires, il dessina également pour Marvel sur la série des Transformers en 1988-89 puis sur Power Rangers. Dans la même période où il illustra The Searchers, il participa à la création du volume Les seigneurs des Sith dans la série Légendes des Jedi pour Dark Horse écrit par Kevin J Anderson (Captain Nemo: The Fantastic History of a Dark Genius, 2002, non traduit en France), et dessina également la série des Star Wars: Jabba the Hutt. Puis il développa encore bien plus l'érotisme qu'il avait insufflé au travers du personnage de Moriarty en illustrant quelques volumes pour Eros Comix... Il décède à 42 ans le 25 décembre 2003. Quant aux scénaristes Chris Dows et Colin Clayton, ils ont écrit ensemble en 1995 plusieurs histoires pour Star Trek - Deep Space Nine pour l'éditeur Malibu Comics (tout comme Jean-Marc Lofficier évoqué plus haut). Ils ont également oeuvré sur des titres divers comme Les Razmoket, Action Man et les Looney Tunes, et l'on doit aussi à Chris Dows le scénario du manga américain de Star Trek chez TokyoPop.



The Searchers

The shape of things to come - 1 : Fiction factory (Issue 1)
The shape of things to come - 2 : Dream harvesters (Issue 2)
The shape of things to come - 3 : Fragile times (Issue 3)
The shape of things to come - 4 : Empire day (Issue 4) Apostle of Mercy (Issue 1)
Apostle of Mercy (Issue 2)

Jacques Romero, 08/2011


Nos remerciements à Monsieur Jacques Garin pour avoir mis à notre connaissance cette bande dessinée. Monsieur Jacques Garin est le créateur de l'imposant site Mars et la SF, ainsi que d''un site totalement dédié et qui fait honneur à un monument de la science fiction nommé Jack Vance.

images de la galerie : The Searchers © Colin Clayton, Chris Dows / Caliber Comics


Galerie

The Searchers (Colin Clayton, Chris Dows, Art Wetherell, 1996) The Searchers (Colin Clayton, Chris Dows, Art Wetherell, 1996) The Searchers (Colin Clayton, Chris Dows, Art Wetherell, 1996) The Searchers (Colin Clayton, Chris Dows, Art Wetherell, 1996) The Searchers (Colin Clayton, Chris Dows, Art Wetherell, 1996) The Searchers (Colin Clayton, Chris Dows, Art Wetherell, 1996) The Searchers (Colin Clayton, Chris Dows, Art Wetherell, 1996) The Searchers (Colin Clayton, Chris Dows, Art Wetherell, 1996) The Searchers (Colin Clayton, Chris Dows, Art Wetherell, 1996)

<< liste des œuvres