TV

Kapitan Nemo / Капитан Немо (Vasili Levin, Edgar Smirnov, 1975)


Kapitan Nemo / Капитан Немо (Vasili Levin, Edgar Smirnov, 1975)
titre original :Kapitan Nemo / Капитан Немо
type :TV, 65 min (3 épisodes)
année :1975
pays :URSS / Ukraine
réalisation :Vasili Levin, Edgar Smirnov
scénario / adaptation :Edgar Smirnov
musiques :Aleksandr Zacepin
interprètes :Vladislav Dvorzhetsky, Yuri Rodionov, Vladimir Talashko, Mikhail Kononov, Marianna Vertinskaya
studio :Odessa Studio, Kinostudio
site web :http://www.imdb.com/title/tt0453375/


A propos de cette œuvre

Kapitan Nemo Ce téléfilm en trois parties, s'il adapte avec quelques libertés le roman Vingt mille lieues sous les mers, en conserve tout de même l'esprit. Fidèle à la trame générale, il offre certaines scènes ne se trouvant pas dans l'original, notamment celles issues d'un autre roman de Jules Verne, La maison à vapeur, et qui confère à l'histoire une valeur supplémentaire.
Ainsi, le théâtre de cette aventure débute sous le Second Empire, à l'église, plus précisément en la cathédrale Notre-Dame de Paris, lors du mariage du professeur Aronnax. La cérémonie venant juste d'unir ce dernier à son épouse Jacqueline (dans une scène, son nom apparaîtra dans un journal sous la forme écrite de Jackline), il reçoit l'ordre d'embarquer sur la frégate Blue Star commandée par le capitaine Farragut. Il rencontre un officier français qui lui explique qu'il a été choisi pour ses connaissances scientifiques sur le monde animal marin, et que sa mission consiste à découvrir quelle est la créature qui fait tant parler d'elle alors. Avant son départ, où il retrouve sa conjointe et ses invités, les époux découvrent dans leur propriété, une étrange caisse arborant sur son couvercle la lettre N. A l'intérieur de celle-ci, se trouve un aquarium contenant un spécimen d'une espèce animale que le professeur n'avait encore pu observer. C'est donc au soir même de son mariage que le professeur Aronnax doit quitter son épouse encore tout de blanc vêtue. On retrouvera celle-ci à la fin de cet épisode, dans l'incertitude, et affublée du noir du deuil. Sur le navire, Aronnax, accompagné de son serviteur Conseil, fait la connaissance du capitaine Farragut et du harponneur Ned Land.
Lors de la fatale rencontre entre le monstre marin et la frégate, la mise en scène est réalisée par ellipse. Le professeur Aronnax, Conseil et Ned Land se retrouvent ainsi à bord du Nautilus. On leur apporte à leur réveil une boisson, qui peu après les replonge dans un sommeil réparateur. Cette adaptation emprunte quelque peu à l'air du temps, et au psychédélisme de ses années 70, comme pendant ce sommeil où Conseil, rêvant, se voit poursuivre une jeune femme dans les couloirs du Nautilus, et est lui-même poursuivit par les hommes du bâtiment. Peu après leur réveil, le capitaine Nemo fera une première apparition face à eux, mais restera silencieux, malgré les quelques mots d'anglais prononcés par le canadien Ned Land. C'est lors de la rencontre suivante que Nemo leur confiera son identité et ce que fut son passé.

A cet effet, la deuxième partie sera consacrée aux souvenirs du capitaine Nemo, ceux-là même qu'il évoque sommairement dans le chapitre 16 de la 3ème partie de L'île mystérieuse, à savoir son passé, alors qu'il se nommait encore prince Dakkar. Tout au long de cet épisode, on pourra voir son épouse et ses enfants prisonniers des anglais, lors de la révolte des cipayes. Lui-même sera espionné et arrêté. Les autorités anglaises feront même croire à la population qu'il s'est rangé du coté de l'empire britannique, mais ses fidèles réussiront à le délivrer. Cette révolte sera mise en scène par Jules Verne, dans son roman La maison à vapeur, dont de nombreux éléments seront ajoutés dans cette deuxième partie, telle la présence d'un colonel Munro encore en fonction, ou des scènes comme l'exécution de prisonniers indiens attachés à la bouche des canons anglais. On notera également des situations reproduites mais inversées, comme lorsque l'épouse de Dakkar, ne pouvant supporter ses enfants devant un peloton d'exécution, en perdra la raison, faisant écho à l'épouse du colonel Munro dans La maison à vapeur, où cette dernière, ayant perdu l'esprit suite à un massacre exécuté par des cipayes, deviendra la mystérieuse Flamme Errante. Similairement, de même que Munro avait été victime d'un espion en la personne de l'indien Kâlagani, Dakkar sera victime de Jackson, un homme qu'il croyait sien.
Dans la troisième et dernière partie, le capitaine Nemo retournera voir ses connaissances indiennes qui lui sont restées fidèles, mais les anglais, toujours à sa poursuite, mettront fin à la vie de l'un de ses amis. Cela donnera lieu à la scène d'enterrement sur les fonds marins.

Les scènes sous-marines, où les acteurs étaient vêtus de leurs scaphandres au fond de l'océan, étaient tournées en studio, à l'air libre. Pour faire illusion, la caméra filmait au travers d'un aquarium occupé par quelques petits poissons, et la lumière était assombrie et épaissie. Les acteurs, se déplaçant dans cette espace vide d'eau, se devaient pour faire illusion, de ce mouvoir lentement. Cela conférait à leur jeu, un aspect assez proche des déplacements des hommes engoncés dans leurs combinaisons d'astronautes dans Cosmos 1999, datant justement de la même année. Cette ambiance liquide se démarquait assez des autres images réelles des fonds marins qui étaient insérées à ces scènes, pour montrer par exemple quelques espèces animales ou végétales, mais cela conférait également à l'ensemble, une certaine irréalité poétique. Lors de ces promenades sous-marines, les personnages pouvaient communiquer entre eux grâce un système de radio dont étaient équipés les scaphandres. Conseil poussera même la chansonnette, quelque peu ivre de cette atmosphère liquide et de tout ce qui s'offrait à ses yeux. On retrouvera la scène où Nemo et ses compagnons secourront un pêcheur de perles attaqué par un requin. Cette séquence est caractéristique dans son montage, alternant la prise de vue en studio, où l'on aperçoit un requin factice, et des images issues d'un documentaire animalier.
Par ailleurs, il n'y aura pas de calmar géant, si ce n'est l'apparition des plus fugitives d'un monstre marin du même acabit, mettant fin à la vie de François, l'un des hommes du capitaine Nemo. Mais cette fin, comme le monstre, il faudra l'imaginer avec les quelques images peu loquaces qui nous seront données à voir. Ce malheur arrivera dans la 3ème partie, lors d'une excursion sous-marine, dans une épave d'un galion espagnol ayant, à l'époque de la conquête des conquistadors, amassé dans ses soutes de nombreux trésors.
Pour en revenir à la victime, François était d'origine française, et ce fut l'une des premières personnes qu'Aronnax et ses amis virent à visage découvert, quand celui-ci leur apporta les boissons régénératrices. Ils avaient lié avec lui une certaine amitié. Le parrallèle est clair avec le personnage de Jules Verne, qui n'entrera en scènes que de manière fugace, pour crier quelques mots de français, juste avant de disparaître sous l'attaque du calmar géant.

Ce téléfilm se démarquait aussi par quelques originalités, telle l'introduction faite de plusieurs gravures originales contant les faits de la mystérieuse créature. Pour le générique final, ce sont entre autres des gravures des romans qui seront utilisées. L'ambiance sonore et musicale était également de grande beauté. La qualité des arrangements et de leur interprétation contribua à donner à l'image, dont la photographie jouissait d'une lumière très soignée, une ambiance particulière, liant la poésie océanique à un certain romantisme des fonds marin. Cette musique pleine de mélancolie était composée par Aleksandr Zatsepin, compositeur qui écrivit de nombreuses partitions pour le metteur en scène Leonid Gaidai. Parmi quelques autres de ses travaux, on peut citer le film italo-soviétique The Red Tent (1969), avec Sean Connery dans le rôle du célèbre aventurier Roald Amundsen, et dont pour la version international, la musique était signée par Ennio Morricone. Il composa également pour le domaine de l'animation avec le très beau long-métrage Le mystère de la troisième planète (1981) de Roman Kachanov. Le thème principal se voulait d'un grand lyrisme, et à cet effet on peut le rapprocher de la composition de L'île bleue de L'île mystérieuse (Bardem / Colpi, 1973), avec toutefois peut-être, une mélancolie plus appuyée encore. On peut d'ailleurs collationner, sur quelques autres aspects, ces deux productions télévisées, notamment sur une certaine esthétisation de l'ensemble, qui participe dans le cas de Kapitan Nemo à faire oublier les petites faiblesses techniques, comme l'impossibilité de tourner sous l'eau, ou encore l'utilisation de maquettes pour certains plans de navires. Malgré cela, cette production bénéficiait de l'expérience du Studio Odessa, en Ukraine, studio qui déjà avait produit en 1941 la magnifique adaptation de L'île mystérieuse / Ostrov sokrovishch de Edouard Adolfovich Pentslin, et qui adaptera également en 1985 Les enfants du capitaine Grant (V poiskakh Kapitana Granta), série télévisée dirigée par Stanislav Govorukhin, avec notamment Marina Vlady. Ce studio produira, entre autres, de nombreuses adaptations de romans classiques, telles Robinson Crusoé, Tom Sawyer, ou encore Les trois mousquetaires.


Descriptif :

1ère partie : La baleine de fer (73 minutes)
2ème partie : Prince Dakkar (67 minutes)
3ème partie : Le Nautilus poursuit la lutte (65 minutes)


Distribution détaillée :

Nemo > Vladislav Dvorzhetsky http://www.rusactors.ru/d/dvorjetski_vv/
Aronnax > Yuri Rodionov
Ned Land > Vladimir Talashko
Conseil > Mikhail Kononov
Jacqueline > Maryana Vertinskaya
Farragut > Aleksandr Porokhovshchikov
François > Viktor Demertash
Mme Dakkar > Zemfira Tsakhilova
Colonel Munro > Nikolaï Dupak
Sheino > Gennadi Nilov
Baiju > Givi Tokhadze
Ruaye > Vladimir Basov
Jackson > Lev Perfilov

Avec aussi : N. Bazanova, Elvira Khomyuk, Marina Strizhenova (mère de Jacqueline), A. Kravtchouk, A. Lyakhovich, Yu. Menshagin, Vladimir Plotnikov, Vyacheslav Kolegaev, Stanislas Penkov, Valentin Kulik, Nina Ilyina (un rêve), et le réalisateur Vasili Levin dans le rôle du père de Jacqueline.

Jacques Romero, 02/2007


Galerie

Kapitan Nemo / Капитан Немо (Vasili Levin, Edgar Smirnov, 1975) Kapitan Nemo / Капитан Немо (Vasili Levin, Edgar Smirnov, 1975) Kapitan Nemo / Капитан Немо (Vasili Levin, Edgar Smirnov, 1975) Kapitan Nemo / Капитан Немо (Vasili Levin, Edgar Smirnov, 1975) Kapitan Nemo / Капитан Немо (Vasili Levin, Edgar Smirnov, 1975) Kapitan Nemo / Капитан Немо (Vasili Levin, Edgar Smirnov, 1975) Kapitan Nemo / Капитан Немо (Vasili Levin, Edgar Smirnov, 1975) Kapitan Nemo / Капитан Немо (Vasili Levin, Edgar Smirnov, 1975) Kapitan Nemo / Капитан Немо (Vasili Levin, Edgar Smirnov, 1975) Kapitan Nemo / Капитан Немо (Vasili Levin, Edgar Smirnov, 1975) Kapitan Nemo / Капитан Немо (Vasili Levin, Edgar Smirnov, 1975) Kapitan Nemo / Капитан Немо (Vasili Levin, Edgar Smirnov, 1975)

<< liste des œuvresvisite du Nautilusvisite du Nautilus